Accueil Récits Gênes, 7 septembre 2020 : le rêve éveillé

Gênes, 7 septembre 2020 : le rêve éveillé

par Auteurs Multiples

Cette nuit de début septembre 2020 restera probablement gravée dans les mémoires des passionnés d’orages. Alors que l’instabilité sévissait régulièrement dans le nord de l’Italie depuis plusieurs semaines – générant supercellules, trombes et tornades – le paroxysme de cette période allait avoir lieu durant la nuit du 6 au 7 septembre, à Gênes.

Images & récits : Tristan Bergen, Laetitia Gibaud, Dean Gill, Igor Hollman, Yohan Laurito, Baptiste Monterroso, Raphaël Proust et Julien Stephant.


« Un rêve de gosse »

Dean Gill :
« Observer une trombe ou une tornade nocturne illuminée par la foudre est un rêve de gosse qui remonte à la soirée du 11 septembre 1970, près de Venise, en Italie. Juste après la tombée de la nuit, une violente tornade passa à 200 mètres de la maison de mes grands-parents chez qui je séjournais. Terré dans la cuisine, je n’avais pas pu l’apercevoir, mais juste l’entendre. Par contre, une de mes tantes avait eu la chance d’observer le phénomène au moment où le tourbillon pénétrait dans la lagune de Venise, le décrivant comme « un gros entonnoir éclairé par la foudre, au pied duquel tournoyaient des débris ». Cette image est restée imprimée quelque part dans un recoin de mon cerveau. Après plusieurs tentatives semi-infructueuses, comme celle du 14 septembre 2015 ou celle plus récente de septembre 2019, où j’avais pu capturer le phénomène très au large de Rimini en Italie, la nuit du 6 au 7 septembre fut celle de la libération. »

L’heure des prévisions

Dean Gill :
« La veille de l’événement, au vu des différentes sorties de modèles, il apparaissait clairement que quelque chose de très intéressant allait se produire à proximité de Gênes. Une ligne de convergence devait se mettre en place entre le sirocco (vent du sud-est) et le libeccio (vent du sud-ouest). L’incertitude résidait dans sa localisation. Bon nombre de modèles la voyaient très à l’ouest, entre Arenzano et Savone, ce qui est plutôt inhabituel, alors que d’autres modèles venaient « brancher » cette ligne quelque part entre Voltri et Gênes.
Pour ma part, je pris la décision de suivre la deuxième hypothèse avec un placement probable sur les hauteurs de Crevari, à l’ouest de Voltri. »

Baptiste Monterroso :
« L’automne météorologique commence, la Méditerranée est au plus chaude sur le golfe de Gênes. Avec des températures à la surface de l’eau (SST) atteignant voire dépassant les 26°C au large, la moindre goutte froide s’isolant sur ce golfe à cette période de l’année produit quasi systématiquement un spectacle à la hauteur de sa réputation. Gênes est une ville habituée aux phénomènes orageux, souvent saisissants par l’esthétisme visuel combiné à la présence de phénomènes parfois ravageurs : crues éclairs ou autres phénomènes tourbillonnaires font souvent partie de l’alchimie Génoise. Et justement, cette nuit du 6 au 7 Septembre, une goutte froide isolée devrait générer une forte zone de convergence au niveau de Gênes, situation typique de cette saison avec des flux d’est, sud-est et sud se canalisant en entonnoir et cisaillant pile au large de la ville. Les runs d’AROME sont alors sans équivoque. »

Tristan Bergen :
« Convergence marquée, afflux d’instabilité constant pendant plusieurs heures et forçages arrivant par le relief, toutes les conditions étaient réunies pour engendrer des orages isolés en ciel clair. »

Convergences

Dans les heures qui précèdent la tombée de la nuit, les passionnés convergent vers les alentours de Gênes et commencent à se positionner. Chacun affine alors ses prévisions pour la nuit, et l’attente commence.

Dean Gill :
« Dans l’après-midi du 6 septembre, une ligne de convergence se met en place devant Savone, générant les premières trombes marines. Cela semble confirmer la version des modèles suggérant un placement à l’ouest. Toutefois, vers la tombée de la nuit, la rangée de cumulus qui matérialisait la ligne de convergence entame un imperceptible décalage vers l’est. Vers minuit, il est clair que nous aurons à faire à une version « classique » avec une ligne de cumulus s’étirant du relief côtier au-dessus de Voltri, en direction du large. La formation d’un « Varenna », c’est-à-dire d’un orage vissé sur le val Varenna, juste à l’ouest de Gênes, est probable. La formation de trombes marines sous l’imposante alimentation cumuliforme sur la mer l’est aussi. »

Julien Stephant :
« Pour la dixième fois cette année, me voilà de retour dans le Golfe de Gênes, où je retrouverai Dean Gill et Christophe Suarez plus tard dans la soirée. Très vite, la convergence déjà en place se renforce et les congestus se font plus denses. De petites dents pendent ici et là, jusqu’à aboutir à de jolis tubas, puis des trombes, peu condensées, juste trahies par leur buisson moutonnant à la surface de l’eau. J’en observe au moins quatre en cette fin d’après-midi, dont une très près de ma position, en cours de route vers l’est du Golfe. Pas de doute, les vents sont favorables, l’instabilité suffisante, et si les modèles voient juste, une impulsion encore plus virulente devrait avoir lieu dans la nuit. C’est intéressant d’arriver tôt sur une situation, surtout quand elle est prévue de nuit : les repérages et vues du ciel sont bien plus évidents. »

Raphaël Proust :
« Partis de Lyon avec Dorian Fischer en matinée de dimanche, nous arrivons à Voltri, quartier occidental de la grande ville portuaire de Gênes, in extremis pour assister à une première éruption de trombes, certes non condensées, en début de soirée. Nous apercevons plusieurs tubas et buissons, certains se rapprochant très près du littoral. Des contacts avec la terre ferme ne sont d’ailleurs pas à exclure. »

Entre 18 h 40 et 19 h, plusieurs phénomènes tourbillonnaires agitent le ciel au-dessus de la baie, présageant la suite des événements.

© Julien Stephant
© Julien Stephant
© Julien Stephant

Igor Hollman :
« Après plusieurs jours à scruter inlassablement les modélisations météo s’affinant progressivement des mailles larges aux mailles fines, le potentiel convectif semble réellement prometteur pour cette nuit du 6 au 7 septembre dans la baie de Gênes.
Ma compagne et moi ayant déjà passé quelques jours à profiter des charmes d’autres régions d’Italie, nous prenons finalement la direction de la Riviera Ligure où doit se jouer le théâtre des éléments.
Hésitant quant au positionnement exact pour la nuit, l’option d’un lieu offrant à la fois une vue ouverte et un certain « confort » (comprenez par là un semblant de tranquillité pour que madame puisse, si besoin, dormir sereinement dans la voiture) me semble la plus judicieuse. Étant à environ une dizaine de kilomètres de l’ouest génois, c’est finalement à Arenzano que nous nous installons et patientons plusieurs heures avant que la convection profonde ne se déclare enfin. »

Tristan Bergen :
« Arrivé en milieu de soirée, l’attente commence. Des averses sont déjà présentes proches de Gênes, mais j’ai choisi de rester dans l’air sec à l’ouest pour avoir une vision d’ensemble du potentiel orage.
Dans un premier temps, la convection a du mal à vraiment s’initier, sûrement en raison d’un air trop sec en altitude pour le moment. Ce n’est que vers une heure du matin que la convergence se matérialise avec une ligne de convection s’étirant de la mer vers l’intérieur des terres. Petit problème, je suis un peu loin. Il faut donc que je m’en rapproche, car l’orage est imminent.
Arrivé près de Celle Ligure, l’orage a déjà débuté sur le relief et se propage peu à peu vers le golfe. Dans la ligne d’alimentation, de petits appendices sont déjà visibles sans aller plus loin pour le moment. »

© Baptiste Monterroso

Premières trombes

Dean Gill :
« Vers une heure du matin, des rideaux de précipitations plus denses apparaissent sur l’agglomération génoise alors que la ligne de cumulus sur la mer prend de plus en plus d’ampleur. La scène étant à la fois éclairée par la forte pollution lumineuse générée par la ville et le clair de lune, il paraît évident que détecter une trombe marine dans ces conditions va être un jeu d’enfant !
La base des cumulus devient de plus en plus charnue et la formation d’une trombe ne semble plus être qu’une question de minutes.
À 1 h 23, une première trombe se forme un peu au large mais je ne la découvre qu’à mon retour chez moi, en « débouchant » certaines photos. Vers 1 h 32, l’un des copains avec qui je me trouve remarque une tâche sombre sur l’eau juste devant le port de Prà. Au bout de quelques secondes, un petit nuage d’embruns se forme alors qu’un fin tuba se développe sous la base cumuliforme. Trombe ! Celle-ci finit rapidement sa course dans le port, devenant au passage une tornade, techniquement parlant. »

Julien Stephant :
« La nuit est désormais tombée, il va falloir patienter. Le temps que les sommets se rafraîchissent, que les brises locales s’installent. Régulièrement, nous poussons les ISO de nos appareils pour distinguer le début de quelque chose au large, sur une Méditerranée encore très chaude. Nous fantasmons des lunettes infrarouges. Soudain, l’un d’entre nous pousse un cri : « Là-bas ! Il y a une trombe là-bas ». Depuis plusieurs minutes, nous pouvions observer des petits tétons caractéristiques flirter avec le sommet des grues dans le port de Gênes. C’est la première d’une longue série, venant sauter les brises-lames de la jetée, s’élargissant, perdant sa condensation vers le bas, pour mieux se refaire dans le bassin d’eaux plus calmes où les cargos viennent décharger. »

Igor Hollman :
« D’abord manifestée par quelques « flashs » provenant des contreforts montagneux, l’activité électrique ne tardera pas à s’intensifier et à se propager ensuite au sein du train d’alimentation constitué de vigoureuses tourelles convectives en pleine ascension au-dessus du littoral.
Le spectacle prend alors une autre dimension lorsqu’une première trombe se révèle à contre-jour des lumières portuaires de Gênes. L’euphorie s’empare de nous car nous espérions bien pouvoir en observer. La trombe disparaît peu à peu derrière le prolongement de la falaise. Dans la foulée, une deuxième trombe bien mieux condensée entre en scène en suivant l’axe de celle qui venait de la précéder. Elle est magnifique ! Sa forme de trompe élancée est particulièrement esthétique et son mouvement perceptible à l’œil nu malgré la distance et la faible luminosité. Elle changera encore d’aspect avant de disparaître, à son tour, derrière la falaise. »

© Julien Stephant

Tristan Bergen :
« Peu à peu, l’orage se renforce et se propage vers le littoral. Une première trombe se forme et vient s’échouer sur le port, rapidement suivie par une deuxième. »

Plus près des événements, Dean Gill et Julien Stephant assistent alors à l’entrée de la trombe dans le port de Gênes.

Naissance d’un monstre

Dean Gill :
« À 1 h 41, une autre trombe, toujours fine et partiellement condensée, se forme devant le port de Prà en suivant peu ou prou la même trajectoire que la précédente. À 1 h 44, un autre vortex apparaît dans notre champ de vision, immédiatement suivi sur la droite par un autre tourbillon, totalement condensé et plus épais.
En s’approchant de la digue de protection du port, celui-ci devient plus imposant, puis, dès le franchissement de la digue, il se décondense en partie, comme perturbé par cet obstacle. Néanmoins, le buisson demeure bien présent jusqu’à son atterrissage dans le port de Prà. Nous en sommes donc à quatre trombes marines, dont trois devenues littéralement des tornades en abordant le littoral. À ce moment-là, alors que les rideaux de pluie se font de plus en plus denses sur l’agglomération génoise, les premiers flashs se manifestent au-dessus du relief côtier. Un « Varenna » est né, comme prévu. Soudain, un vibrant « Oh putain, elle est énorme » retentit !
Devant nous, une trombe massive se révèle peu à peu sous nos yeux ébahis. Au début, elle est encore au large et relativement peu éclairée par la ville, puis elle se rapproche progressivement du port de Prà en arborant toute sa puissance. Le buisson est si développé qu’il enveloppe l’intégralité de la trombe ! »

Igor Hollman :
« À peine la deuxième trombe disparue, une autre, encore difficilement discernable (par sa distance alors lointaine où l’obscurité est quasi totale), semble vouloir se former. Il ne nous faudra pas plus de deux minutes pour réaliser qu’il s’agit bel et bien d’une nouvelle trombe, et cette fois-ci le niveau est tout autre. Même sans être encore pleinement condensée, nous distinguons bien sa base : elle est monstrueuse ! En quelques minutes l’entité tourbillonnaire se renforce et exhibe sa puissance en prenant l’apparence d’un énorme entonnoir duquel s’élève un épais buisson virevoltant jusqu’à la base. »

© Igor Hollman
© Baptiste Monterroso

Tristan Bergen :
« Durant une heure les trombes se succèdent, se montrant parfois très imposantes en approchant des terres. »

Igor Hollman :
« Bien que la présence de nuages bas nous parasite par intermittence la vue, la cadence électrique à l’étage supérieur est incessante et révèle en même temps la densité des boursouflures sommitales que seules la Lune et les étoiles surplombent. Le son des vagues, à quelques pas de nous, s’associe à cette incroyable symphonie… Un rêve éveillé. »

© Igor Hollman

La foudre entre dans la danse

Baptiste Monterroso :
« La densité du buisson oscille, la forme de la trombe aussi, puis elle perd légèrement en puissance en approchant des côtes mais reste tout de même tenace. Et soudain, ce que je n’avais même pas envisagé dans mes rêves se produit : un impact bien lumineux tombe plein cadre à côté de la trombe ! »

© Baptiste Monterroso
© Tristan Bergen

Dean Gill :
« Alors que le gigantesque derviche tourneur évolue dans le bassin du port, un coup de foudre frappe à quelques centaines de mètres derrière le vortex qui, maintenant, semble faire du surplace.
Là, nous sommes dans un état proche de la syncope ! »

© Dean Gill
© Dean Gill

Paroxysme

Dean Gill :
« Au bout de quelques minutes, la trombe semble temporairement perdre de sa puissance en manifestant même des velléités de dissipation, puis elle reprend du poil de la bête en formant un tuba pratiquement parfait. Celui-ci danse langoureusement devant les grues du port de Prà, lorsqu’une une série très rapide de coups de foudre s’abat à proximité du tourbillon. L’extase est totale ! »

Igor Hollman :
« La trombe adopte peu à peu une silhouette plus élancée et rectiligne en se rapprochant des côtes où elle est alors magistralement illuminée de part et d’autre par un double impact de foudre ramifié (dont un seul des deux est pleinement visible depuis ma position). »

Baptiste Monterroso :
« Un flash très éblouissant se produit. J’étais déjà stupéfait par l’impact précédent, mais celui qui vient de tomber est tout bonnement d’un autre registre. Je me dis q’au vu de mes réglages ce n’est même pas la peine d’envisager une photo correcte. Il s’avère que ce sont en fait deux impacts ramifiés assez puissants : le premier à gauche est complètement surexposé et irrécupérable, mais l’impact de droite est fort heureusement un peu moins puissant, et je réussirai à le récupérer après coup à partir du fichier RAW. « 

© Baptiste Monterroso
© Igor Hollman
© Tristan Bergen

Là encore, Dean Gill et Julien Stephant sont au plus près du spectacle. Il est alors un peu plus de 2 h du matin.

© Dean Gill

Avec plus de recul sur la scène, Tristan Bergen réalise une vue d’ensemble de ce tableau dantesque : l’orage à son paroxysme dans sa globalité, la trombe principale entourée des deux impacts ramifiés, une trombe secondaire plus au large, le tout ponctué en symétrie axiale par un coup de foudre extra-nuageux allant frapper les terres.

 © Tristan Bergen

Quelques instants plus tard, un nouvel impact s’abat sur les quais.

Julien Stephant :
« Les scènes sont magiques, la convection est de plus en plus forte et les trombes puissantes. Quelques éclairs viennent réveiller un vieux fantasme de chasseur d’orage, la foudre avec la trombe… Il faut résoudre un dilemme, et vite : avec un seul boitier si j’expose pour la trombe de nuit, diaphragme ouvert et haute sensibilité, je risque fort de surexposer la photo si la foudre vient à s’abattre à côté. Cependant si j’expose pour la foudre et qu’elle n’arrive pas, je ne verrais plus la trombe. Pari est pris pour la foudre – les doigts croisés – à 180 mm plein cadre. Tout va très vite, le boitier enclenche une pause pile au moment où la foudre s’abat sur le port. Les secondes de pose paraissent longues, on a peur de la rafale de vent, le coup de pied malencontreux dans le trépied, la mise au point était elle bonne ? L’obturateur referme. Fébrile, je passe les photos en revue, quitte à rater un autre moment mais la curiosité est trop grande : le Graal est-il dans la boîte ? Oui ! Difficile de décrire le sentiment, l’engagement qu’il faut pour arriver là et saisir sa chance. Il en fallait. »

© Julien Stephant

La trombe continue alors de s’affiner en approchant de la côte.

© Dean Gill

Baptiste Monterroso :
« Quelques secondes plus tard, la trombe aborde Gênes, et s’évanouit assez rapidement dans la foulée. J’ai pu réaliser un court time lapse récapitulant environ quatre minutes de progression de la trombe, avec les fameux impacts au milieu. »

Images : Baptiste Monterroso

Raphaël Proust :
« C’est en milieu de nuit, alors que des noyaux orageux bien électriques remontent du golfe sur la métropole génoise, que nous vivons émerveillés ce qui est sans aucun doute l’un des plus remarquables outbreaks nocturnes de ces dernières années en Italie. »

Deuxième Acte

Dean Gill :
« Mais la « waterspout fest » n’est pas finie. Une autre grosse trombe, un peu plus au large que les autres, se profile déjà et semble prendre le même chemin que les précédentes. Seulement, le « Varenna » a entre-temps pris de l’ampleur et son outflow devient de plus en plus dominant. Cela a pour effet de bloquer l’avancée de la trombe, puis de la repousser vers le large où elle finit par se dissiper vers 2 h 15 du matin.
Ainsi, entre la toute première trombe à 1 h 23 et la dissipation de la dernière, il s’est écoulé 52 minutes de bonheur. »

© Julien Stephant

Igor Hollman :
« Cet orage nous fait la grâce d’offrir une énième trombe qui s’avère être, en réalité, simultanée avec la précédente mais bien moins visible. »

Tristan Bergen :
« L’orage reste statique pendant plusieurs heures et les trombes marines se succèdent, se comptant finalement au nombre de six. La vue d’ensemble de l’orage est particulièrement plaisante même si une petite amertume perdure en voyant les clichés de mes collègues, plus proches. Après ce nouvel oubtreak, l’outflow prend le dessus sur la convergence et la situation devient moins favorable aux trombes. L’orage reste néanmoins très actif et particulièrement esthétique, flashant toutes les deux ou trois secondes au plus fort. »

Baptiste Monterroso :
« Le spectacle est total, je décide par la suite de prendre des photos de la cellule orageuse avec un plus grand angle, ayant été assez rassasié par ces trombes zoomées. Les éclairs extranuageux clôturent le bilan pour faire passer cette chasse à son plus haut niveau de contemplation, d’esthétisme et de satisfaction personnelle. Je distingue une énième trombe circulant sur le même axe de la cellule orageuse. »

© Baptiste Monterroso
© Tristan Bergen

Igor Hollman :
« Me voilà maintenant seul à admirer le spectacle, la fatigue ayant eu raison de ma compagne (satisfaite d’avoir pu voir les trombes que je lui avais « promises »). L’orage, toujours très actif, longe la côte en se décalant vers le sud-est de Gênes où il délivre alors de somptueux coups de foudre extranuagueux en mer. »

© Tristan Bergen
© Tristan Bergen
© Dean Gill
© Julien Stephant

Baptiste Monterroso :
« Les ramifiés, la plupart extranuageux, continuent de s’abattre. Je décide néanmoins de changer de point de vue et de me diriger un peu plus en bord de mer, toujours à Cogoleto. Cela permet de diversifier les prises de vues.
Les cellules perdent un peu de souffle, mais produisent encore quelques bonnes décharges par moments. L’heure tourne : il est alors plus de 3 h. »

© Baptiste Monterroso
© Julien Stephant
© Dean Gill
© Igor Hollman
© Igor Hollman
© Dean Gill
© Julien Stephant

Entre la naissance du système orageux et les salves d’impacts extranuageux ayant succédé aux trombes, Tristan Bergen a également pu réaliser un impressionnant time lapse condensant une heure et demie (de 1 h 15 à 2 h 45) en un peu plus d’une minute de vidéo.

La nuit s’achève

Alors qu’une partie des chasseurs d’orages doit prendre le chemin du retour, d’autres assistent aux derniers sursauts d’activité électrique, au large.

Igor Hollman :
« En fin de nuit, de nouvelles cellules prennent naissance au large, en périphérie immédiate du précédent orage qui aura sévi durant pas moins de quatre heures. Très peu actives sur le plan électrique, elles donnent finalement quelques magnifiques et puissantes décharges ramifiées à l’avant d’un impressionnant rabaissement nuageux qu’elles révèlent alors. »

© Igor Hollman
© Dean Gill
© Igor Hollman
© Julien Stephant

Malheureusement arrivée après le paroxysme de cette dégradation, Laëtitia Gibaud parvient tout de même à capturer cette ultime salve de foudre, ainsi que les trombes de la matinée qui suit.

Laetitia Gibaud :
« J’ai pris la route le soir et roulé toute la nuit. Dès l’ascension du col du Grand-Saint-Bernard, les conditions deviennent plus difficiles (visibilité réduite à l’extrême et rafales). S’ensuit un bref répit puis un enchaînement de cellules orageuses sur l’autoroute du Piémont, ralentissant encore ma progression. À quelques dizaines de kilomètres de mon point de chute, une cellule semble particulièrement active. Je me dis que le spectacle doit être génial depuis le littoral. Je découvrirai plus tard à quel point il fût incroyable… Arrivée sur place, entre Gênes et Savona, je retrouve plusieurs amis. Une fois passée la déception d’avoir manqué les trombes de la nuit, je peux profiter des cellules au large. »

© Laetitia Gibaud

L’animation du foudroiement sur 24 heures témoigne de cette intense activité quasi stationnaire dans le golfe de Gênes entre minuit et le début d’après-midi de ce lundi 7 septembre 2020.

Source : Meteociel.fr / Blitzortung.org

Épilogue

Igor Hollman :
« Les premières lueurs de l’aube finissent par inonder le ciel et marquent une trêve passagère de la convection. Épuisé par la fatigue et abasourdi par l’intensité de cette nuit magique, je patiente dans un état second tout en savourant religieusement cet instant de quiétude face à la mer, loin des tracas du quotidien… Des signes de convergence sont toujours présents et l’espoir de voir quelques trombes matinales me maintient éveillé. Le ciel se remplit à nouveau de cumulus congestus bien joufflus le long de l’axe de convergence, ce qui me conforte dans l’idée de rester sur le qui-vive.
La patience s’avère fructueuse. Dans les heures qui suivent, ce ne sont pas moins de six trombes qui se présentent à mes yeux. Bien qu’elles aient lieu beaucoup plus au large que leurs homologues nocturnes, le spectacle n’en demeure pas moins réjouissant à contempler, avec parfois jusqu’à trois trombes entrant dans une danse commune et simultanée. »

Laetita Gibaud :
« La convergence se remet en place vers 7 h. Les premières trombes apparaissent, puis toute une série. Certaines se croisent telle une danse. La vue d’ensemble est superbe. Quel souvenir ! »

© Igor Hollman
© Laetitia Gibaud
© Igor Hollman
© Laetitia Gibaud
© Laetitia Gibaud
© Julien Stephant
© Dean Gill

Igor Hollman :
« Cet épisode fut d’une intensité et d’une richesse hors du commun, tant par la diversité des phénomènes qui s’y produisirent que par leur beauté et leur synchronicité. Je crois pouvoir dire que bon nombre de passionnés dont je fais partie n’oublieront pas de sitôt ce qu’ils ont vécu cette nuit-là. »


Images & Récits : Tristan Bergen, Laetitia Gibaud, Dean Gill, Igor Hollman, Yohan Laurito, Baptiste Monterroso, Raphaël Proust et Julien Stephant.
Mise en page & relecture : Maxime Daviron

Vous pourriez également aimer

1 Commentaire

Avatar
Chris Carmona 02/11/2020 - 20:42

Majestueux !
Ces photos ont fait le tour des internets mais les voir réunies ainsi avec ce récit et ces points de comparaison entre vues proches et éloignées, c’est top !
Une nuit inoubliable, bravo à toutes et à tous pour avoir fait le nécessaire pour être la au bon moment et merci pour ce partage <3

Les commentaires sont fermés.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus